10/08/2011

Prairie fleurie et biodiversité ( 3 )

Les précédents articles sur ce thème ont généré pas mal de commentaires ( merci Sourire ). Certaines réactions me font venir à l'esprit une petite mise au point : il ne suffit malheureusement pas de laisser un bout de terrain retourner à l'état sauvage pour obtenir une prairie fleurie comme celle-ci : 

DSC_5653.jpg

Dans nos régions, la flore est déjà trop banalisée et nous avons perdu trop de biodiversité pour espérer voir revenir spontanément un tel camaïeu d'espèces : il faudra les réintroduire par un semis. 

Laisser la végétation spontanée reprendre ses droits n'est pas sans mérite mais c'est simplement différent, il faut le savoir pour ne pas être décu.

04/08/2011

Prairie fleurie et biodiversité ( 2 )

La biodiversité est au rendez-vous des prairies fleuries. 

prairie_fleurie,biodiversité

Et n'allez pas croire qu'une initiative privée soit sans importance : même un très petit espace réellement naturel contribue au " maillage écologique ". En restaurant et en maintenant des habitats riches en biodiversité, on favorise la circulation des espèces ( insectes, plantes, ... ). Or cette circulation et le brassage génétique qu'elle implique sont indispensables à leur survie.

prairie_fleurie,biodiversité

prairie_fleurie,biodiversité

 

prairie_fleurie,biodiversité 

30/07/2011

Prairie fleurie et biodiversité ( 1 )

 prairie_fleurie

Comme je vous l'avais promis dans les notes sur " Nielle des blés " et " Petite tortue ", attardons-nous un peu sur les prairies fleuries, leur concept, leur intérêt et leur beauté. 

Une pelouse soigneusement tondue est un joli spectacle, mais il faut avouer que c'est aussi un désert biologique! 

Il existe une alternative beaucoup plus favorable à la biodiversité de nos jardins, la prairie fleurie. 

Ensemencée de fleurs sauvages indigènes, elle demande très peu d'entretien et garantit un beau spectacle naturel presque toute l'année. 

En pratique, la prairie fleurie s'établit comme on le ferait d'un gazon traditionnel : on prépare le sol en éliminant la végétation existante et en effectuant un léger fraisage ou labour, on séme le mélange de graines à la surface du sol... et c'est fini, il ne reste qu'à laisser faire la Nature.  L'entretien consistera en un simple fauchage en fin de saison après les premières gelées (novembre). Un passage avec la tondeuse relevée au maximum pourra faire office de fauchage.  On peut aussi effectuer un fauchage supplémentaire à la  fin juillet, pour éviter le versage des plantes trop élevées et défleuries à cette époque. 

La prairie, sans autre intervention, évoluera d'elle même au fil des saisons et des années. Elle devrait tenir de 7 à 10 ans avant qu'il soit utile de refaire le semis.

Quelques règles d'or :  utiliser un mélange de graines de plantes INDIGENES et SAUVAGES, pas de Cosmos exotiques ou de cultivars de  Centaurées doubles !! Ces mélanges bon marché, qui ne contribuent pas à la biodiversité, n'assurent pas la perennité de la prairie fleurie, vous devrez recommencer tous les ans.

N'utilisez surtout pas d'engrais (ni évidemment de pesticides). Plus le terrain est pauvre, mieux la prairie fleurie se développera.

De manière à "faire propre", on peut tondre réguièrement une bande de prairie en bordure des sentiers et allées, le long des haies, ou pour créer une surface de jeu ou de barbecue...

La référence incontournable pour les graines de prairie fleurie en Belgique est Ecosem 

 

prairie_fleurie,nielle_des_bés