06/06/2012

Le temps des libellules

Non loin de mon petit coin de planète, se trouve la réserve naturelle des mares de Ben-Ahin, qui est un paradis local pour les libellules... Quelques images d'une récente balade dans ce site d'anciennes argilières envahies par l'eau.

La libellule fauve, Libellula fulva. Mâle immature.

libellula_quadrimaculata

La libellule fauve, Libellula fulva. Les mâles, comme celui-ci, deviennent bleus à maturité.Libellula_fulva

L'Agrion à larges pattes, Platycnemis pennipes, encore un mâle.

platycnemis_pennipes

le Calopteryx splendide, Calopteryx splendens, mâle encore.

aaDSC_0294web.jpg

Si l'on voit surtout des mâles, c'est qu'ils sont plus colorés, moins timides et souvent territoriaux.
Cette femelle fraîchement éclose d'Orthetrum réticulé ( Orthetrum cancellatum )  ne pouvait pas encore voler. Ses couleurs sont encore pâles - on appelle ce stade l'état      " ténéral "

aaDSC_0282web.jpg

09:40 Écrit par A-Marie Moniotte dans Insectes | Lien permanent | Commentaires (39) |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |

25/05/2012

Le temps des iris

En ce moment, c'est l'éphémère floraison des iris dans mon petit coin de planète :

l'iris des marais, ou faux-acore (Iris pseudoacorus) se plaît dans l'eau comme son nom le suggère.

C'est lui qui a inspiré la " fleur de lys " des rois de France, et non le lis comme on pourrait le croire. C'est une espèce spontanée dans tout le sud de l'Europe.

aaDSC_0368web.jpg

 

Et puis, il y a la splendeur variée des cultivars de l'iris barbu (Iris barbata) souvent appelé à tort Iris germanica.

aaDSC_0356web.jpg

aaDSC_0357web.jpg

aaDSC_9816web.jpg

aaDSC_9818web.jpg

Il y en a que cette beauté laisse, je l'imagine, de glace, mais qui y voient un somptueux banquet tout servi. Ce petit charançon qui s'active fébrilement sur les iris répond au doux nom de Mononychus pseudoacorus - que de syllabes pour une si petite créature !

Les adultes grignotent un peu la plante, mais les femelles pondront dans les capsules florales et les larves vont se développer dans les graines en formation.

aaDSC_9893web.jpgDe face, il a décidément un air de famille avec Gonzo Cool !

aamononychus_.jpg

04/02/2012

Lac-Edouard (suite).

Dans cet endroit isolé en pleine nature sauvage, la faune s'en donne à coeur-joie.

En particulier cette petite moucheRigolant .

Simulie,simulium,mouche_noire,québec

La Simulie ou mouche noire n'a que deux millimètres environ cette espèce, du moins, qui est un  Simulium sp.), mais elle compense par le nombre et la férocité ce qui lui manque en prestance : c'est une buveuse de sang, qui laisse derrière elle une plaie saignante et qui fait mal ! Heureusement, l'effet disparait rapidement, en quelques heures. N'empêche qu'à cause d'elle, il est impossible de se promener sans s'enduire de crême antimoustique partout où elle peut atteindre...  A côté d'elle, les maringouins  ( moustiques) sont des amateurs.

Mais juin est aussi la saison des orchidées au Québec. Le Cypripéde acaule, Cypripedium acaule ou Sabot de Vénus.

cypripede_acaule,cypripedium_acaule,sabot_de_venus

Une jolie phalène passant par là : Probole amicaria

probole_amicaria,phalene

  Et toujours beaucoup de libellules. Un mâle de Gomphus exilis , le gomphe exilé. Pourquoi exilé ? Chais pas!

gomphus_exilis,gomphe_exilé

Naturellement, quand il y a des proies, il y a des prédateurs. Rencontre avec la splendide Laphria janus,  un impressionnant diptére asilidae de la taille d'un frelon. Elle venait de capturer un agrion (demoiselle) et s'est laissée gentiment photographier, occupée qu'elle était à déguster...

asilide,asilidae,laphria_janus