20/03/2013

Un peu d'avance sur la météo

Avec ce printemps qui n'en finit pas de ne pas commencer, je sors une photo d'archive qui devrait être une photo d'actu... Vous suivez toujours ?Rigolant

Engoncé dans ses fourrures, voici l'abeille printanière Anthophora plumipes, un mâle.

Ca se voit à ses pieds du milieu, plumeux (plumipes) dont les femelles sont dépourvues.

Anthophora-plumipes-26.jpg

14:38 Écrit par A-Marie Moniotte dans Animaux, Insectes | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : anthophore, anthophora, plumipes |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |

22/06/2012

Une mouche pas tout à fait comme les autres

 aaDSC_0629web.jpg

 aaDSC_0485web.jpg

Regardez-y bien : ces deux mouches se ressemblent fort, surtout d'un peu loin. Elles ont exactement la même taille et presque le même comportement. Et pourtant !

La première est la mouche domestique Musca domestica. Gênante et antihygiénique, mais du moins inoffensive. Ses pièces buccales sont modifiées pour former une sorte d'éponge avec laquelle elle aspire les liquides dont elle se nourrit.

Mais l'autre ! Voyez cet instrument chirurgical qu'elle arbore fièrement. Ce rostre lui permet de se nourrir de sang frais qu'elle prélève aussi bien sur les humains que sur les animaux. C'est la mouche de étables Stomoxys calcitrans. Le mâle comme la femelle ont besoin d'un repas de sang par jour ( ce qui les différencie des moustiques et des taons, autres diptères, chez qui seule la femelle pique) .

La morsure est douloureuse, en proportion avec la taille de l'instrument.

Comme la mouche domestique, c'est une espèce cosmopolite et son importance économique (négative) est importante car elle agace le bétail et transmet des maladies, parmi lesquelles le redoutable charbon des chevaux.

23:36 Écrit par A-Marie Moniotte dans Animaux, Insectes | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : mouche_des_étables |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |

25/05/2012

Le temps des iris

En ce moment, c'est l'éphémère floraison des iris dans mon petit coin de planète :

l'iris des marais, ou faux-acore (Iris pseudoacorus) se plaît dans l'eau comme son nom le suggère.

C'est lui qui a inspiré la " fleur de lys " des rois de France, et non le lis comme on pourrait le croire. C'est une espèce spontanée dans tout le sud de l'Europe.

aaDSC_0368web.jpg

 

Et puis, il y a la splendeur variée des cultivars de l'iris barbu (Iris barbata) souvent appelé à tort Iris germanica.

aaDSC_0356web.jpg

aaDSC_0357web.jpg

aaDSC_9816web.jpg

aaDSC_9818web.jpg

Il y en a que cette beauté laisse, je l'imagine, de glace, mais qui y voient un somptueux banquet tout servi. Ce petit charançon qui s'active fébrilement sur les iris répond au doux nom de Mononychus pseudoacorus - que de syllabes pour une si petite créature !

Les adultes grignotent un peu la plante, mais les femelles pondront dans les capsules florales et les larves vont se développer dans les graines en formation.

aaDSC_9893web.jpgDe face, il a décidément un air de famille avec Gonzo Cool !

aamononychus_.jpg